Jeudi ce que je veux… Sur le football & les intelligences multiples

Impossible de passer à côté ! Que l’on soit pour ou contre, tout le monde a sa petite opinion sur la Coupe du Monde de football. Certains en font même les frais comme Anne-Sophie Lapix récemment. Vous savez déjà qu’Amifor s’intéresse à tous les sujets. Et cela semblait intéressant de relier deux thématiques que tout semble opposer : le football et les intelligences multiples. 

Vous êtes-vous déjà posés la question ? Probablement que non. Les joueurs de football sont souvent la cible de petites moqueries concernant leur intelligence.. On ne va pas se mentir. Pour certains d’entre eux, les moqueries sont justifiées. Même si cela est la même chose dans tous les milieux. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il existe plusieurs formes d’intelligences : la visuelle, l’intrapersonnelle, l’interpersonnelle, la musicale, la corporelle, la verbale, la logique et la naturaliste. 

L’une ne vaut pas plus que l’autre. Elles sont complémentaires les unes des autres. Néanmoins, chacun de nous en développe certaines plus que les autres. Pour en revenir à nos amis footballeurs, vous devinerez aisément qu”ils excellent dans l’intelligence corporelle, appelée aussi kinesthésique. 

L’intelligence corporelle définit la capacité d’un individu à utiliser son corps d’une manière fine et élaborée. A s’exprimer à travers le mouvement. Mais aussi à taper dans un ballon comme il faut. Car oui, tout le monde n’a pas la même intelligence kinesthésique. C’est peut-être cette intelligence qui permettra à nos joueurs de nous ramener la coupe ! 

Charly LAURENT

Interview d’Héloïse Dufour, Présidente d’Inversons la Classe : 1re Partie

Aujourd’hui, un article un peu spécial sur Amifor. La troisième édition du Congrès de la Classe Inversée aura lieu du 29 juin au 1er juillet 2018. Pour cette occasion, le magazine de l’éducation “VousNousIls” a interviewé Héloïse Dufour, Présidente d’Inversons la Classe. Amifor a le plaisir de vous faire partager cette interview.

La classe inversée est-elle mieux connue qu’à ses débuts en France, il y a 4 ou 5 ans ?

Le terme est connu et fait partie du paysage pédagogique. Il existe aujourd’hui une vraie communauté d’enseignants, qui partage assidûment ses pratiques, sur Twitter et lors de nos événements. Le succès du CLIC, qui devrait réunir cette année entre 500 et 600 participants, en témoigne.

En revanche, les pratiques que recouvre le terme “classe inversée” n’est pas encore assez connu. On a l’impression que pour beaucoup, la classe inversée reste cette caricature du cours à la maison et des devoirs en classe… Alors que dès le premier Congrès, il était clair pour ceux qui la pratiquaient, que la classe inversée était quelque chose de beaucoup plus vaste – avec une diversité de pratiques (utilisation des capsules comme une mise en bouche, conception du cours par les élèves, tâches complexes, plans de travail différenciés, travaux de groupes…) et l’idée centrale de repenser la posture de l’enseignant et celle de l’élève dans l’apprentissage.

Dès 2015, il y avait des questionnements larges sur l’évaluation, des pratiques de travail en groupe, et l’on sortait de la réduction de la classe inversée à des questionnaires, des vidéos et des activités en classe. Les enseignants suivent souvent le même cheminement : ils entrent dans des pratiques de classe inversée relativement simples, avant de transformer toute leur séquence pédagogique quelques années plus tard, vers des pratiques plus élaborées.

A suivre.

Amifor a besoin de vous !

Chers abonnés et visiteurs, dans un souci de vous transmettre le meilleur contenu possible, toute l’équipe d’Amifor vous sollicite pour prendre deux minutes de votre temps en répondant à cette rapide enquête sur le lien ci-dessous :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdXbc-mFDx_zI2wBEV6rUWhxcV6wVwYJCl3wYuNEj8eaG6t4Q/viewform?usp=sf_link

Vos avis nous permettent de nous améliorer et de vous fournir le contenu qui VOUS intéresse. Par avance, merci.

L’équipe d’Amifor

Mieux utiliser sa mémoire visuelle – Partie 4

Après nos petites astuces de révisions pour le bac, Amifor a décidé de vous faire partager d’autres techniques de mémorisation. Comme vous l’avez sûrement déjà constaté, les images aident à se souvenir mais aussi à comprendre et à retrouver les connaissances. Comment mettre à profit notre mémoire visuelle pour réviser ? Chaque semaine, retrouvez une astuce sur le blog Amifor !

Cette semaine, plus besoin de crayon ! Amifor va vous parler d’une très ancienne technique de mémorisation. Selon les historiens, elle aurait même été utilisée pendant l’Antiquité par les orateurs pour retenir leurs discours. C’est la technique des “palais de mémoire”. Envie de vous balader mentalement ?

Cette technique consiste à associer mentalement chaque connaissance à retenir à un lieu familier que l’on visualise intérieurement. Cette association insolite favorise le stockage des connaissances et permet de les retrouver en visitant mentalement ce lieu.

Vous pensez à un lieu que vous connaissez, et qui va devenir votre “palais de mémoire”. Vous imaginez des endroits précis dans ce lieu et vous y associez les différents points que vous voulez retenir. Puis pour récupérer vos connaissances, vous visiterez mentalement les pièces de votre palais et vous y retrouverez vos idées bien rangées. Pratique, non ?

La semaine prochaine, retrouvez-nous sur Amifor pour une toute dernière technique de mémorisation !

Jeudi ce que je veux… Sur l’investissement

Donner du sens à l’investissement…

Plusieurs fois, lors de ces derniers jours, j’ai été confrontée au mot investissement.

J’ai donc envie ce jeudi matin d’en faire un peu plus le tour avec vous.

Le dictionnaire étymologique nous dit qu’investir c’est mettre en possession d’un bien. Bien matériel ou immatériel.

La connaissance, le savoir sont des biens. S’investir dans son travail, c’est donc se donner tous les moyens de posséder le savoir. SI on ne possède pas le savoir, on ne pourra pas le dépenser, s’en déclarer propriétaire, lui donner les fonctions que l’on désire.

Les enseignants et formateurs que je rencontre au quotidien dénoncent l’investissement insuffisant de leurs élèves. « Ils ne veulent pas s’investir…Ils sont passifs ».

Peut-on n’être que locataire du savoir ? Cela consiste alors, pour un temps donné « d’emprunter une consigne, l’appliquer et s’en détacher sans faire l’effort d’en devenir propriétaire ?

Si la génération d’élèves à laquelle nous faisons face ne sait pas s’investir, peut être sait elle mieux expérimenter. Mettons-nous dans la peau d’un d’entre eux :

« J’emprunte un savoir (ou sa consigne), je l’expérimente, j’évalue son utilité, le plaisir que j’ai eu à le manipuler et là je décide de le rendre ou d’aller vivre une autre expérience. Je finis par devenir propriétaire d’un savoir, mais c’est celui que je me suis façonné. Il est beaucoup moins théorique et fondamental. A quoi me sert-il d’ailleurs de posséder un savoir fondamental ? Internet est ma mémoire numérique. Et elle est portable, je l’emmène en tous lieux, en toute circonstance et si je dois vivre une nouvelle expérience, je vais puiser mon savoir ponctuel dans cette prothèse numérique…

Qu’en pensez vous ?

Marie-Christine Lefebvre

La formation des profs, maillon faible de la France ?

Dans un nouvel article du Télégramme, la France est pointée du doigt pour ses mauvaise notes en matière de formation du corps enseignant. Selon une étude de L’Organisation de coopération et de développement économiques, les pays qui bénéficieraient des meilleurs systèmes éducatifs sont aussi ceux dont les profs ont le mieux accès à la formation.

Ce constat est le résultat d’une étude effectuée sur 19 pays par l’OCDE. On relève des similitudes chez les professeurs des pays aux systèmes éducatifs les plus “performants”.

Premier point : les professeurs des systèmes les plus performants ont bénéficié d’« une période obligatoire et étendue d’expérience pratique pendant leur formation initiale ». Dans un deuxième temps, ils ont également suivi, souvent au sein de leur établissement scolaire, des ateliers de formation continue. Enfin, les évaluations auxquelles ils sont soumis ont pour objectif de leur proposer des modules de formation adaptés.

Cette étude démontre aussi que, plus que la taille des classes, c’est la qualification des enseignants qui prime dans la réduction des disparités de résultats entre élèves des établissements les plus favorisés et ceux des plus défavorisés (établis en fonction du niveau socio-économique des élèves). Enfin, il semblerait que plus un établissement est autonome dans le recrutement de ses professeurs, mieux les élèves réussissent.

Concernant les résultats des élèves français, ils se se situent dans la moyenne des pays comparables, mais la France se distingue par le poids de l’origine sociale sur les résultats de ses enfants, bien plus lourd que dans d’autres pays.

Mieux utiliser sa mémoire visuelle – Partie 3

Après nos petites astuces de révisions pour le bac, Amifor a décidé de vous faire partager d’autres techniques de mémorisation. Comme vous l’avez sûrement déjà constaté, les images aident à se souvenir mais aussi à comprendre et à retrouver les connaissances. Comment mettre à profit notre mémoire visuelle pour réviser ? Chaque semaine, retrouvez une astuce sur le blog Amifor !

Après le mind mapping et les sketchnotes, Amifor vous parle cette semaine des flash-cards. Peut-être utilisez-vous déjà des flash-cards ou cartes mémo pour apprendre ? Il s’agit là d’une technique ludique et efficace pour mémoriser par coeur des mots, des formules, des chiffres et pour vérifier que l’on sait.

Une flash-card est une carte dont les deux côtés associent deux notions sur le mode question-réponse, par exemple un mot d’un côté, et sa traduction dans une langue étrangère de l’autre. Si à la place du mot, vous mettez une image, vous sollicitez la mémoire visuelle, ce qui renforce la mémorisation.

Vous pouvez créer vos propres flashcards, car cela favorise la mise en mémoire. Si possible, faites des flash-cards visuelles : remplacez la question par un dessin, une icône, ou bien associez un symbole visuel à la question (comme une sketchnote). Ensuite, vous vous interrogez (seul ou en groupe) en prenant en main votre paquet de cartes et en les retournant l’une après l’autre. Mettez à part celles pour lesquelles vous ne savez pas répondre et recommencez le lendemain.

Cette technique se révèle très efficace dans l’apprentissage de langues, pour préparer des QCM ou encore pour apprendre des formules ou des définitions par cœur.

Jeudi ce que je veux… Sur l’enseignement supérieur

La semaine dernière, je vous parlais des examens de fin d’année. Cette période stressante par laquelle tous les étudiants et enseignants passent. Un autre fléau des étudiants ? Le financement des études supérieures.

Nous sommes à une époque où trouver du travail est parfois très compliqué. Certains demandent plus d’années d’expériences que d’années de vie. Vous comprendrez aisément que j’exagère mais le résultat reste le même. Les jeunes choisissent donc de faire des études, en imaginant que leurs diplômes pèseront dans la balance. Nous savons tous très bien que la réalité n’est pas aussi simple mais quand on a 18 ans, on ne s’en doute pas forcément.

J’en arrive au sujet de ce billet. Le financement des études. Quelle famille n’a pas été confrontée à cette question ? Comment payer ses études ? Prêt étudiant ? Alternance ou non pour ceux qui sont concernés ? L’alternance est un autre sujet de débat même s’il rejoint celui du dessus. Pour me prendre en exemple, je me suis retrouvé dans l’obligation de générer trois prêts étudiants pour mes trois années d’études. Etudes que je souhaite continuer à Paris, où une école assez prestigieuse me demande un acompte de 950 euros. Rien que ça ! Vous me direz, tout est plus cher à Paris mais comment demander cela à un étudiant de 20 ans ? 

Vous ne me ferez pas croire qu’un étudiant lambda a les ressources personnelles de donner 950 euros d’un coup ? Sauf en ayant l’aide de ses parents derrière lui. Et encore… Des parents avec une situation plutôt aisée. Y a-t-il vraiment une égalité là-dedans ? Les études supérieures sont-elles vraiment ouvertes à tout le monde ? Rien n’est moins sûr… 

Charly LAURENT

Les bienfaits de la lecture

47,5 millions. C’est le nombre de personnes touchées par une démence en 2017. Près de 65 % seraient liés à l’Alzheimer. Comment lutter contre cette maladie ? Y’a-t-il des moyens pour la prévenir ? Amifor vous dit tout.

Selon une étude récente extraite de “The Journal of the American Medical Association”, la pratique d’activités intellectuelles au cours de sa vie permettrait de lutter contre le développement de démences. Quel que soit le support choisi (livre, magazine, journal), l’exercice de la lecture aurait un effet bénéfique sur notre cerveau. Elle le prémunirait contre certaines maladies contre lesquelles il serait entraîné.

Il a déjà été prouvé qu’une alimentation saine et l’exercice physique permettaient de se protéger des problèmes cardiaques. Les médecins tentent maintenant de prouver le même lien de cause à effet entre la lecture et les maladies touchant notre cerveau. Des tests furent réaliser sur plus de 15 000 chinois de 65 ans ou plus. D’après les résultats, les chercheurs ont établi une causalité réelle entre la lecture et le développement de démences :  « Une implication forte dans des activités intellectuelles, même tard dans la vie, pourrait aider à retarder voire prévenir la démence chez les personnes âgées. »

Il en serait de même pour la musique. Elle permet, à l’instar de la lecture, de stimuler son cerveau : « Si l’on peut rester intellectuellement actif, et mobilisé, tout au long de sa vie, c’est une protection contre la démence en fin de vie. Rester actif, mentalement, est très bon pour votre cerveau. »

Mieux utiliser sa mémoire visuelle – Partie 2

Après nos petites astuces de révisions pour le bac, Amifor a décidé de vous faire partager d’autres techniques de mémorisation. Comme vous l’avez sûrement déjà constaté, les images aident à se souvenir mais aussi à comprendre et à retrouver les connaissances. Comment mettre à profit notre mémoire visuelle pour réviser ? Chaque semaine, retrouvez une astuce sur le blog Amifor !

La semaine dernière, nous vous avions expliqué la technique de la carte mentale pour stimuler votre mémoire visuelle. Aujourd’hui, le centre Amifor vous parle des sketchnotes, une technique qui consiste à prendre des notes en gribouillant.

Le sketchnoting est une technique plus récente que celle de la carte mentale. Elle consiste à prendre des notes en mêlant les textes et les éléments visuels. Une sketchnote ou “croquinote” comporte des phrases manuscrites, des schémas, des titres et des symboles visuels ou petits dessins réalisés au fil de l’eau et répartis sur la page très librement mais de façon logique.

La façon de procéder est très simple. Quand un enseignant ou un formateur commence son cours et annonce son plan, vous réservez d’emblée plusieurs zones dans votre page. Ces zones peuvent prendre la forme que vous souhaitez : cases, colonnes, frise chronologique, etc. Cela peut dépendre aussi du sujet. Puis dans chaque zone, vous notez les titres, sous-titres, les mots-clés, des phrases importantes, des formules, des chiffres. Vous filtrez donc les connaissances et vous les hiérarchisez en variant les tailles, les styles et les couleurs des caractères. Pour terminer, vous y ajoutez de petits dessins, des schémas, des pictogrammes, des symboles, des bulles.

L’intérêt du sketchnoting est qu’il sollicite les zones de notre cerveau qui traitent le visuel (images, schémas, symboles) et le verbal (mots, titres, phrases). Cela stimule l’attention car la réalisation de petits dessins maintient l’esprit en éveil. La mémorisation est simplifiée par des schémas et mots simplifiés, ce qui favorise la compréhension.

Photo extraite du livre “Le guide avancé du sketchnote” par Mike Rohde.